Backportrait

previous arrow
next arrow
Slider

Portraits de Dos / Backportraits / Rugportret
oil on canvas. 41 x 24/27/33cm. since 1999

« Un personnage, plus rarement deux, tourne le dos au regardeur. Pas de décor, pas vraiment de titre, juste une toile qui fait généralement une quarantaine de centimètres sur une trentaine. Voilà sur quoi ce texte pourrait se clore.
Mais que cachent ces gens de dos ?
» (…)
extrait de Dos, ligne, plan, ou les peintures de dos d’Hervé Ic. par Maxence Alcade, 2019

« Les portraits de dos appartiennent à l’histoire de l’art, à des dos féminins. Ainsi Abraham Janssens en 1596 représente Syrinx dans Pan et nymphe parmi les roseaux, Francesco Furini au dix-septième siècle avec Loth et ses filles, Antoine Watteau avec Le Jugement de Pâris, ou encore le célèbre Bain turc d’Ingres en 1862, dont Man Ray reprendra le sujet en photographie, et sur laquelle il viendra dessiner les ouïes de l’instrument de musique. Rodin reprendra cette tradition en 1899, avec Femme nue assise et de dos, comme Christoffer Wilhelm Eckersberg avec Femme au miroir, jusqu’à des artistes contemporains, dont l’excellent Marc Desgranchamps. Mais les portraits de dos, méthode Hervé Ic, relèveraient davantage de Caspar David Friedrich, corps entier, masculin ou féminin, habillé comme Le promeneur contemplant la mer de nuages, ou Devant le miroir, ou encore Femme devant la fenêtre. La pose en question accuse une distanciation entre le poseur et le portraitiste. Si elle suggère l’identité du modèle, elle ne le confirme pas pour autant, à moins que le titre en porte le nom, car le visage est absent. Dans le portrait de dos, on est face au dos d’une présence, à une manière d’être identifiable uniquement par une connaissance. Le peintre agit comme s’il surprenait quelqu’un qui songe à autre chose, ou qui pense à partir. Quant au sens de l’acceptation d’une telle pose, est-ce par humilité ? par repli ? par contentement de soi ? voire par arrogance ?»
extrait de Hervé Ic, Des halos de peinture « glam électro » sur principe hétérogène, et sous comédie humaine. par Frédéric Bouglé collection mes pas à faire au Creux de l’enfer, 2007

olivier masmonteil olivier masmonteil olivier masmonteil olivier masmonteil olivier masmonteil olivier masmonteil olivier masmonteil olivier masmonteil olivier masmonteil olivier masmonteil olivier masmonteil
hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic
hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic
hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic
hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic
hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic
hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic
hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic
hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic
hervé ic hervé ic hervé ic

oil on canvas. 80 x 200 2004. 2007
hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic hervé ic